Nucléaire : Exportations

Page mise à jour le 13 février 2018

Analyse du dossier « La place du nucléaire dans les scénarios énergétiques« . Je note :

  • L’électricité représente 23 % de la consommation d’énergie finale en France (37,2 Mtep/162,2). Certaines études estiment qu’elle représentera 45 % en 2040.
  • Les coûts de production des nouveaux projets de 2040 (électricité nucléaire ?) sont estimés à 70-100 €/MWh.
  • Développement, aux États-Unis de petits réacteurs modulaires à eau pressurisée (SMR pour Small Modular Reactor) : puissance inférieure à 300 MW (contre ~1600 MW pour les EPR). Technologie basée sur celle des réacteurs équipant certains navires (gamme 35-50 MW). Projet DCNS en France ?
  • Les États-Unis envisagent de maintenir leur capacité nucléaire au nouveau actuel (99 GW, contre 63 GW en France). L’énergie nucléaire représente 19 % de la production d’électricité (contre 77 % en France) : 99 réacteurs. 74 d’entre eux, âgés de plus de 40 ans, bénéficient d’une extension de la durée d’exploitation jusqu’à 60 ans. Cinq réacteurs de 3ème génération (AP1000 de Westinghouse) sont en cours de construction.
  • Chine : 18 GW en 2013. Vise 58 GW en 2020, plus 30 GW en construction. Construction de quatre AP1000. L’AP1000 recontre, comme son concurrent EPR, de nombreuses difficultés. Selon la Wikipedia, les deux premiers AP1000 en service (depuis 2017) seraient chinois. Deux autres modèles de réacteurs de 3ème génération sont en construction : Hualong et CAP1400. La Chine aussi étudie des réacteurs de 4ème génération mais ne maîtrise pas la fabrication du MOX. Appel à la France pour la technologie.

Le cycle du combustible nucléaire est dit fermé dans le cadre d’un recyclage des isotopes fissiles. Stanislas Subbotin* interrogé par l’OPECST, les difficultés posées par la fermeture du cycle du combustible sont telles (en termes d’investissement en équipements de retraitement notamment), que cela « donne à penser que des stratégies d’attente vont prévaloir à court terme dans ce domaine, repoussant au XXIIe siècle la perspective d’une fermeture véritable du cycle »

(*) Chef du service des études stratégiques à l’institut Kourtchatov, principal centre de recherche et de développement du nucléaire en Russie.

Électricité européenne : scénarios 2050 de la Commission Européenne

Les ONG environnementalistes souhaiteraient un parc électrique reposant exclusivement sur les énergies renouvelables. Leurs scénarios :

  • supposent un énorme investissement en réseaux de transport (exemple 50 GW entre la France et l’Espagne). Ce n’est pas loin de la puissance moyenne consommée en France (65 GW) ;
  • nécessitent que le stockage soit économiquement maîtrisé ;
  • se basent sur une demande de 4000 TWh par an contre 3000 TWh au début du siècle.

La Commission Européenne dessine cinq avenirs assez contrastés fondés sur les hypothèses politiques suivantes :

  • Soutien plus ou moins fort à l’éolien et au solaire ;
  • Réussite ou échec de la filière captage et stockage du carbone (CSC) ;
  • effort d’efficacité énergétique plus ou moins soutenu.

Tous les scénarios s’inscrivent dans une perspective d’électrification décarbonée : au moins 50 % de renouvelable en 2030, 60 à 85 % en 2050 ; 2,5 à 19 % pour le nucléaire ; 7 à 32 % pour les énergies fossiles avec piégeage du carbone. Le prix de l’électricité (réseau et énergie) serait proche de 160 €/MW. Peu favorables au nucléaire, ces scénarios sont critiqués par cette industrie qui en propose d’autres : 40-45 % de renouvelable, et 20-25 % de nucléaire.

… et dans le monde

La Conseil Mondial de l’Énergie a construit d’autres scénarios (Jazz et Symphonie).

Fin 2014, 437 réacteurs nucléaires étaient en exploitation dans le monde, soit 392 GW de capacité :

  • Près de 82 % à eau légère (REL) dont :
    • 63 % à eau pressurisée (REP)
    • 19 % à eau bouillante (REB)
  • 11 % à eau lourde sous pression (PHWR – Canada)
  • 3 % de réacteurs refroidis au gaz (GCR – Royaume-Uni)
  • 3% de réacteurs modérés au graphite et refroidis à l’eau (LWGR ou RMNK en Russie)
  • 1 réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium (RNR)

Toujours fin 2014, 72 réacteurs étaient en construction :

  • 89 % à eau légère, la plupart REP
  • 7 % de PHWR (Inde)
  • 2 RNR et 1 GCR (réacteur à haute température, en Chine)

Les auteurs de l’article écrivent que près de la moitié des réacteurs en cours de construction sont des réacteurs de 3ème génération… capables de consommer 100 % de MOX, etc… à vérifier.

Bibliographie